Les gens et leurs résolutions du nouvel an.

Les résolutions du nouvel an, c’est comme un budget soldes chez Zara. Impossible à tenir !

les-gens-et-leurs-résolutions-du-nouvel-ans

A nouvelle année, nouveau chapitre ! L’occasion de repartir du bon pied et de laisser derrière nous tous les petits ratés de l’année précédente ! Que vous ayez été la malencontreuse victime d’un criminel sentimental, ou encore écorché par un enfoiré affectif ; le temps est venu de tourner la page et d’envisager de nouvelles possibilités !

C’est le rituel immuable auquel personne n’échappe, non je ne parle pas de la varicelle mais des bonnes résolutions. Vous savez ce concept selon lequel, toute personne sur terre aurait des choses à se reprocher et de ce fait devrait sélectionner un ou deux de ses péchés à absoudre pour accueillir la nouvelle année avec grâce ! Traditionnellement cette cérémonie s’étale sur la place publique, afin que chaque personne de votre entourage puisse lors d’un moment d’égarement pointer du doigt votre faux pas !

Quelle connerie ! Depuis quand faut-il attendre un réveillon de nouvel an pour se dire « Tiens si j’arrêtais de m’empiffrer de tablettes de Milka avant que le 38 devienne mon nouveau 36 ? ». Non mais c’est vrai ! Pourquoi attendre la fin de l’année pour cerner un problème qui nous saute à la figure tous les jours ! Pour tout vous dire, les bonnes résolutions m’irritent autant que passer devant un magasin Desigual ! Et c’est d’ailleurs principalement pour cela, que chaque année je me refuse à en prendre. Mais le problème, c’est que dans l’inconscient collectif, ne pas adopter de bonnes résolutions semble aussi répréhensible que de porter du fuchsia avec du jaune moutarde !

Pour preuve, lors de ma soirée du réveillon, je savourais paisiblement une petite tige cancérigène ; quand soudain un des invités s’est senti animé par le besoin pressant de me demander si j’allais arrêter de fumer en 2016. Pris de cours par cette question aussi surprenante qu’incongrue, j’ai naturellement répondu que NON. Je pensais en rester là, mais c’était sans compter sur la persévérance de mon interlocuteur visant à chercher en moi une rédemption qui de toute évidence n’arriverait jamais ! Voyant qu’il avait face à lui un démon du diable, le cher moralisateur en question s’est senti obligé de me raconter les bonnes résolutions qu’il comptait prendre dès le 1 er janvier. Sensiblement usé par l’ennui et le mépris qui devaient émaner par tous les pores de mon être, le moraliste en carton a jugé opportun de partir une fois ma cession tabac arrivée à son terme. Résultat, ma pause clope étant gâchée, j’ai dû en fumer une deuxième. Et au passage, j’arrêterai de fumer quand j’aurai envie d’arrêter de fumer !

Tout ça pour dire, que face à cet interlocuteur emplit d’une volonté de purification intérieure ; j’avais quand même la sacrée impression d’être anormal ! Cela m’a d’ailleurs amené à me poser une question « Depuis quand est-il devenu obligatoire de partager publiquement des axes d’améliorations au nouvel an? ». Ne croyez pas que je me considère sans défaut ! Bien au contraire ! Mais personnellement, l’idée de me jeter en pâture au cour d’une conversation en exprimant une volonté de changer quelque chose me séduit que trop peu !

Evidement qu’il y aurait des choses à améliorer chez moi, mais la différence c’est que je préfère traiter les dossiers un par un au cour de l’année ; plutôt que d’attendre la fin de celle-ci et de me retrouver le nez sous l’eau ! Et pour ma part la cigarette n’est pas une priorité ! Même si j’ai bien conscience qu’elle nuit à la santé, je ne la trouve pas aussi dangereuse que des relations sentimentales foireuses !

En attendant, je compte embrasser fougueusement 2016 et faire de celle-ci une année emplie de bonheur, d’amour et de réussite ! Bon, avec un peu de péripéties, sinon je n’aurais plus rien à vous raconter…

Je vous souhaite donc à toutes et à tous de passer une merveilleuse année ! Soyez heureux, soyez vous-mêmes !

A très vite !

Antoine.

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *