Peut-on entretenir une relation amicale avec un Mister Big ? Acte 2.

Nous étions jeudi, à 21h j’avais rendez-vous avec mon passé. Depuis l’appel à Mister Big, lui et moi avions échangé quelques brefs messages afin de régler les conditions générales de nos retrouvailles. Toute la semaine, j’avais réussi à focaliser mon esprit sur tout ; excepté Mister Big.

mister-big-by-oh-my-boy-!

Mais quand arriva le jour J, se fut une autre histoire ; il me restait très exactement deux heures avant la rencontre. Enfin « deux interminables heures » durant lesquelles une certaine anxiété avait envahi mon corps.  Après un bug d’une demi-heure devant mon dressing, suivit d’une bataille de 15 minutes avec mes cheveux ; tout me semblait soudain plus compliqué. J’étais vraisemblablement en proie à une multitude de questions, qui allaient sûrement s’évaporer une fois en face du bien nommé « M le Maudit ».

J’avais décidé de faire de cette rencontre un secret que je garderais jalousement pour moi ! Deux amis très proches avaient été mis dans la confidence. Pourquoi ? Parce que ce rendez-vous était à moi et à personne d’autres ! Je me refusais à écouter les sirènes bien pensantes visant à m’avertir du danger de revoir mon ex. Comme on le dit souvent les conseilleurs ne sont pas les payeurs, et j’avais mis un point d’honneur à appliquer ce précepte. Ce qui pouvait apparaître comme un simple verre avec un ex, était pour moi le point final d’une relation épique ! J’étais prêt ! Prêt à écrire l’épilogue d’une histoire aussi fascinante que vertueuse.

En ayant de mon plein gré ouvert la boite de pandore, j’avais aussi sans le vouloir réanimé la passion que mon entourage avait voué à cette histoire avec Mister Big. Tout comme des enfants dont les parents seraient divorcés ; celle que j’appellerai Charlotte voyait en cette rencontre, le destin cherchant à me réunir avec mon ancienne moitié. Je ne serais dire si cela est lié à toute la souffrance engendrée par cette relation ou tout simplement le deuil de celle-ci, mais pour ma part je ne voyais aucun signe. Cela m’avait pris du temps, mais j’étais désormais apte  à me séparer du « nous » au profit de « lui » et « moi ».

ll ne me restait plus qu’une heure avant de le retrouver, une heure durant laquelle je m’étais interrogé sur tout et rien. Bien que je m’interdisais de m’immiscer dans son esprit, j’en était tout de même arrivé à me demander s’il allait voir à quel point j’avais changé depuis notre dernière rencontre. Au-delà de l’évolution de ma coupe de cheveux, allait-il ressentir lui aussi cet abîme qui nous avait séparé au cours de ces dernières années ? Nos vies avaient pris des chemins séparés, tous deux avions vécu des choses qui nous avaient fait grandir, cela aurait-il un impact sur nos retrouvailles ? J’aurai bientôt ma réponse…

Je sortais du métro, à chaque marche mon coeur accélérait un peu plus. J’eu à peine le temps de me créer une contenance; que je l’aperçu. Je ne pouvais plus faire machine arrière, il était là devant moi et semblait tout aussi décontenancé. Aussi timide et maladroit que lors de notre premier rendez-vous, c’est tout naturellement que lui et moi commencions à sortir des énormités plus drôles les unes que les autres. Au bout de cinq minutes je compris que rien n’avait changé, comme supposé, notre complicité avait survécu à la fin de notre relation. Un verre de vin chacun plus tard, c’est face à face et le regard fuyant, le tout accompagné d’une cigarette que nous échangions sur ce que l’un et l’autre étions devenus.

De notre image du couple « Beckham » au lycée, en passant par notre passion mutuelle pour les séries, la soirée se passait à merveille. Lui et moi avancions prudemment sur le territoire de l’autre avec des questions préalablement pesées avant envoi. Il me faisait rire, j’en avais oublié nos discussions sans fin, en donnant un avis tranché sur tout ; comme-ci nous étions seule au monde. Après avoir mutuellement décimé nos paquets de clopes respectifs, le rendez-vous se termina. Et c’est dépourvue de toutes émotions négatives que je suis rentré chez moi par cette nuit glaciale que m’offrait Paris ; j’avais désormais la ferme intention d’envisager une amitié  naissante sur les cendres de notre amour.

A très vite !

Antoine.

Suivre:

2 Commentaires

  1. 5 février 2016 / 6 h 16 min

    Perso je tire un trait définitif sur toute relation terminée, mon expérience est que personne ne change réellement on s’adapte aux nouvelles situations, les raisons d’une rupture restent et peuvent revenir sur le devant de la scène au moindre choc, par exemple une rupture signifie souvent tromperie, mortification, humiliation ou non, il faudra en reparler pour évacuer, pas facile.

    • Oh My Boy ! 9 février 2016 / 18 h 01 min

      C’est une façon de voir les choses en effet 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *