Avons-nous peur de la solitude ?

Si la simple idée de vous retrouver en tête à tête avec votre télé un samedi soir vous angoisse autant que votre relevé bancaire en fin de mois, cet article est fait pour vous !

avons-nous-peur-de-la-solitude-by-oh-my-boy-!

Je me suis souvent interrogé sur la place que prenait les relations humaines sur le bien-être d’une personne. De façon générale, l’être humain n’est pas fait pour rester seul, et ainsi doit « fraterniser » avec ses semblables, histoires de s’accomplir dans sa vie personnelle. Jusque-là, rien de bien nouveau me direz-vous ! Mais quand on y regarde de plus près, on observe que pour certains d’entre nous le besoin d’être entouré tourne à la véritable addiction ! Et comme toute addiction qui se respecte, cela peut engendrer des comportements inhabituels destinés à combler le manque.

Pour autant que je m’en souvienne, j’ai toujours pensé que vivre seul était aussi inconcevable qu’appliquer un fond de teint sans le poudrer ! Par « seul » j’entends, sans petit copain ! J’en conviens, les amis sont essentiels, mais toutes relations amicales à ses limites. Il y a encore quelques années, j’expérimentais avec plus ou moins de succès la vie à deux. Bon, même si la nature « conceptuelle » de ma relation amoureuse, à pu être source de quelques fausses notes ; il n’en reste pas moins que cela a crée en moi un besoin jusque-là méconnu : La vie à deux !

Le problème, c’est qu’une fois une relation arrivée à son terme, retrouver une condition de célibataire peut s’avérer compliquée. Pour ma part, j’avais créé un schéma de vie mélangeant amis et petit-ami. Grosse erreur ! Une fois le soufflé retombé, j’avais non seulement perdu l’amour, mais aussi surprenant que cela puisse paraitre, certaines relations amicales. Bien que cette situation digne d’une véritable « VDM » aurait pu me faire tomber dans un précipice, je me suis surpris à redécouvrir les bienfaits d’être seul ! Bon, n’exagérons rien, je n’ai pas tout plaqué pour aller m’installer dans une yourte au fin fond de l’Auvergne ; mais j’ai pris dirons-nous un certain recul plus que nécessaire.

Force est de constater que durant plusieurs années, je ne m’étais jamais retrouvé face à moi-même ; tout cela m’a amené à me poser une question « Aurions-nous peur de nous voir autrement que dans les yeux de quelqu’un d’autre ? ». Si on part du principe que l’amour rend aveugle, le célibat rendrait-il la vue sur ce que nous voulons vraiment ? Et si sans nous en rendre compte, partager sa vie avec quelqu’un était un moyen détourné de ne pas se confronter à soi-même ? Envahis par toutes ces interrogations, j’en suis arrivé à la conclusion qu’une solitude subit ou non, permettait de se poser les bonnes questions pour avancer.

Nul besoin d’être à deux pour exister ! Que vous soyez en couple ou bien célibataire, le plus important est de toujours garder à l’esprit que pour aller de l’avant, se confronter à soi-même est une nécessité de premier ordre ! La solitude n’est pas un handicap quand celle-ci permet de vous accomplir dans votre vie personnelle et professionnelle. Ainsi, je pense pouvoir affirmer qu’une période de célibat est le meilleur moyen de faire face à sa réalité. Et même si en théorie, cela peut paraître compliqué, dans la pratique expérimenter une soirée avec vous-même est à la portée de tous !

A très bientôt !

Antoine.

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *