Sommes-nous vraiment nous-mêmes sans artifice ?

Si vous faites partie de ces personnes évitant soigneusement le miroir au réveil, cet article est fait pour vous !

Sommes-nous-vraiment-nous-même-sans-artifices-by-oh-my-boy-!

Le bien-être ça tient parfois à peu de chose ! Une cession brushing chez le coiffeur, un soin en institut ou encore l’acquisition d’une nouvelle paire de chaussures. Le problème, c’est que parfois on en oublierait presque ce que c’est de s’assumer au naturel ! Si pour certains d’entre nous sortir de chez soi avec un teint fadasse et une chevelure douteuse est tout à fait acceptable, pour d’autres celà est tout bonnement inconcevable !

Tout ça m’a donc amené à me demander si sans nous en rendre préalablement compte nous n’aurions pas tout bonnement chassé le naturel au profit de l’égo ? C’est vrai quand on y pense, se maquiller ou encore se coiffer contribue très largement à magnifier ce que nous sommes, et par la même occasion à nous aider à maintenir notre niveau de confiance en nous. Mais pour beaucoup, cela va plus loin ! Si autrefois les guerriers portaient des peintures sur le visage pour intimider l’ennemi, peut-être que le simple fait de se maquiller aujourd’hui est une façon comme une autre de se protéger d’autrui…Ainsi une fois nos artifices disparus à coup de coton demak’up, nous nous retrouvons sans défense et livrés au regard impitoyable de la société !

Il faut bien avouer que nous sommes beaucoup à être esclaves de notre trousse beauté, surtout quand votre entourage prend un plaisir non dissimulé à vous faire remarquer vos imperfections ! Tenez, pas plus tard qu’avant hier, c’est en faisant l’impasse sur l’anti-cerne que je me suis rendu au supermarché du coin. Jusque-là tout allait bien quand soudain la caissière (qui a l’habitude de me voir) m’a fait la douce et voluptueuse remarque suivante : « Tiens ? Mais c’est la grève du sommeil aujourd’hui ? ». *Aie !*. En même temps, pour sa défense, elle a toujours été habituée à me voir avec un contour de l’oeil soigneusement travaillé, mais cela en dit long sur le regard des gens lorsque vous vous autorisez à un peu de laisser aller. Galvanisé par cette délicate observation c’est donc l’égo meurtri que mes yeux de panda et moi-même sommes rentrés se terrer sous la couette !

Forcé de constater que pour sauver les apparences il faille maquiller la vérité, j’en suis venu à me poser la question suivante : « Sommes-nous vraiment nous-mêmes avec ou sans artifice ? ». Tout comme nous aurions deux personnalités, l’artificiel aurait-il pris le pas sur le naturel ?  C’est vrai, à force de constamment travailler notre image, le risque ne serait-il pas qu’à terme nous en oublions notre véritable identité ? La solution réside donc peut-être dans le fait de s’accorder avec soi-même et à assumer notre beauté naturelle sans pour autant devenir tributaire de l’avis des autres.

Et vous ? Vous sentez-vous vraiment vous-même sans artifice ?

A très vite !

Antoine.

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *