Les réseaux sociaux peuvent-ils flinguer un couple ?

Si fouiner sur le Facebook de votre moitié est votre passe-temps préféré, cet article est fait pour vous ! 

Ils s’appellent Instagram, Twitter, Facebook ou Snapchat et à eux seuls ; ils peuvent tout bonnement foutre en l’air votre relation amoureuse !

Qu’on se le dise, en chacun de nous sommeille un détective insoupçonné ; prêt à agir en cas de comportement anormal de notre chère et tendre !

« Mais c’est qui cette pouf qui t’a ajouté ?!! »

Qui n’a jamais perdu son self contrôle à la vue d’une nouvelle relation amicale virtuelle apparut sur le journal de son/sa petit/petite copain/copine ? Oh, n’allez pas me faire croire que je suis le seul à avoir été régulièrement fouiner sur les réseaux sociaux pour dénicher un hypothétique manquement aux règles de base d’une relation de couple saine d’esprit ! C’est vrai qu’en théorie, vivre à deux est synonyme de confiance et autre respect du jardin secret de chacun ! Mais ce précepte était encore valable à l’époque où le seul lieu pour draguer était le bar PMU du coin ou dans le pire des cas, le bal musette du dimanche après-midi !

Mais voilà, nous sommes désormais à l’ère de l’amour 2.0, où les couples se font et se défont aussi  vite que la fermeture éclair du pantalon de DSK. Pour exemple, quand j’étais au lycée, il ne me serais jamais venu à l’idée d’engager des investigations poussées sur l’instagram de mon copain, dans la mesure où celui-ci n’en avait pas ! Mais quelques années plus tard, le constat est assez alarmant ! Tout tend à nous rendre parano, à l’heure où les « likes » fleurissent plus vite que l’acné sur le visage d’un ado aux hormones perturbés ; le simple fait de voir un inconnu commenter « innocemment » la photo de votre moitié peut engager une dispute digne des meilleurs soaps opéras !

« Attends, je rêve ou tu as commenté sa photo là ? Mais vas-y, invites-le au ciné tant qu’on y est ! »

Le problème, c’est que les réseaux sociaux ont pris une place bien trop importante dans nos vies et pèsent sur une relation de couple ! Qu’on le veuille ou non, cette « distraction » technologique peut causer de réels dégâts sur le long terme. Comment rester maître de soi, à la vue d’une vipère essayant par tous les moyens de tenter votre compagnon à croquer dans SA pomme ? Sur le principe, la confiance que vous accordez à l’être aimé, devrait suffire à anesthésier toutes formes de méfiance…Mais j’estime qu’aujourd’hui cette confiance est un luxe que peu d’entre nous peuvent se permettrent.

Combien de soirées en tête à tête gâchées par des disputes autour d’un « ami » Snapchat fâché avec sa pudeur ? Combien de journées shopping ruinées par un « twittos » quelque peu envahissant ? Il m’arrive souvent de bénir ce temps où cette menace virtuelle ne me trottait pas dans la tête. Comprenons-nous bien, la tentation a toujours été présente autour du couple, mais je pense pouvoir affirmer que les réseaux sociaux ont attisé nos craintes et de surcroît notre jalousie. Evidement, nous jouons tous à ce jeu de l’exposition visant à nous montrer sous notre meilleur jour, sans compter qu’il est très agréable pour l’égo de voir que même après deux ans de relation de couple on peut encore séduire.

Mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ? Au final, tout cela m’a amené à me poser une question « Sommes-nous prêt à risquez de compromettre un avenir amoureux solide et tangible au profit d’un jeu de séduction virtuel et illusoir ? ». Bien que certains, diront connaître leurs limites, il n’empêche que s’accoutumer à la quête d’échanges virtuels gangrène doucement mais sûrement la confiance nécessaire entre deux parties ; laissant place à des sentiments inavouables comme la jalousie.

Je n’ai pas vraiment de solutions miracles à vous proposer, une fois la boîte de Pandore ouverte, il est impossible de la refermer ! Mais prendre déjà conscience de l’impact des méfaits de Facebook et autres Instagram sur nos relations amoureuses est déjà un bon commencement !

A très vite !

Antoine

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *